You are here

La recherche agricole comme instrument de développement

Depuis 2002, le Forum pour la recherche agricole en Afrique s'efforce de renforcer les capacités des systèmes de recherche agricole nationaux et régionaux africains. Avec des actions focalisées sur les petits agriculteurs et les entreprises pastorales, il vise à améliorer la productivité, la compétitivité et les marchés et à contribuer à la réduction de la pauvreté en assurant une croissance durable et en améliorant les moyens de subsistance.

Le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) a pour but de mettre en place un cadre stratégique global permettant aux pays africains d'acquérir des capacités d'innovation agricole. Il vise à: 

  • promouvoir la recherche agricole panafricaine pour le développement grâce à un soutien renforcé des gouvernements nationaux, des partenaires de développement et du secteur privé;
  • favoriser et renforcer l'efficacité et l'efficience des organisations sous-régionales (OSR) et des systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA);
  • faciliter l'échange de technologies agricoles et de connaissances et la création de partenariats entre les organisations régionales, le secteur privé, les agriculteurs et les producteurs africains;
  • soutenir des programmes régionaux de recherche adaptés et rentables en Afrique;
  • catalyser les technologies agricoles et la diffusion des connaissances.

Ses principales activités sont les suivantes: 

  • défendre le rôle de la recherche agricole;
  • valoriser les partenariats et les alliances stratégiques;
  • accélérer le partage de connaissances;
  • stimuler le développement et la diffusion des nouvelles technologies et méthodologies dans la gestion des ressources naturelles et génétiques et les biotechnologies;
  • stimuler le développement des politiques et des marchés.

Résultats

Depuis sa création en 2002, le FARA a élaboré plusieurs initiatives continentales afin de réellement renforcer les capacités africaines d'innovation dans l'agriculture.

  • Au niveau politique, il a signé un protocole d'accord avec l'Union africaine, a renforcé sa relation avec le nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NPDA) et a développé des éléments clés du programme détaillé pour le développement de l'agriculture en Afrique (PDDAA), notamment le quatrième pilier sur la recherche agricole.
  • Il a organisé un grand nombre d'ateliers, de consultations et de conférences en vue de renforcer la capacité d'innovation agricole de l'Afrique. Le FARA a développé les consultations relatives au cadre pour la productivité agricole en Afrique (FAAP), lié au PDDAA, qui énonce les principes d'évolution des programmes de productivité agricole africains.
  • Ces cinq dernières années, les organisations sous-régionales de recherche se sont considérablement renforcées et se sont éloignées des cadres fixes de mise en œuvre pour adopter une approche plus flexible de réseautage réactif, en accord avec les principes développés par le FARA.
  • L'action du FARA a permis d'encourager les citoyens et les gouvernements à investir davantage dans la recherche et le développement agricoles. Entre 2000 et 2004, l'investissement moyen en R&D agricole est passé d'environ 2 % à environ 4 % des budgets nationaux.
  • Cet investissement s'est encore renforcé dans de nombreux pays à la suite de la déclaration de Maputo, en vertu de laquelle les gouvernements africains se sont engagés à augmenter l'investissement agricole pour atteindre 10 % des budgets nationaux. Le Mali est en tête des pays africains, avec jusqu'à 14 % de son budget total investi dans l'agriculture en 2006.
  • En outre, le FARA a développé et mobilisé des ressources pour la mise en œuvre du programme challenge pour l'Afrique sub-saharienne (PC-ASS). Le FARA a également mandaté une évaluation des capacités des SNRA, débouchant sur le développement du programme pour le renforcement des capacités pour la recherche et le développement agricoles en Afrique (SCARDA).