You are here

Promouvoir le rôle des femmes dans le domaine de la paix et la sécurité lors des Journées européennes du développement

Partager

Date de publication: 
18/06/2018

Le 6 juin, la Facilité de soutien à la paix pour l’Afrique a organisé un débat portant sur le rôle essentiel des femmes dans la prévention et le règlement des conflits en Afrique.

Sous le thème « Les femmes et les jeunes filles au cœur du développement durable », les Journées européennes du développement (le principal forum de l’Europe sur le développement international) se sont déroulées les 5 et 6 juin à Bruxelles. La Facilité de soutien à la paix pour l’Afrique y trouvait l’occasion parfaite d'introduire un sujet d’une importance croissante pour la conception et la mise en œuvre d’opérations de paix en Afrique : l’égalité entre les hommes et les femmes dans les processus de paix. 

Le thème du débat organisé par l’APF s'intitulait « Le rôle des femmes africaines dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits en Afrique ». Il avait pour but d’échanger des idées sur la manière de promouvoir davantage l’intégration des femmes en ce qui concerne la consolidation de la paix en Afrique. Les participants se révélèrent très intéressés et le débat animé.

Le sujet a été examiné dans l’optique des opérations de paix et des efforts de médiations réalisés par la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et en Sierra Leone (CTSAMM). 

Isabelle Arradon, directrice de recherche à l’International Crisis Group, a ouvert la séance en présentant un aperçu complet des opportunités et défis liés au renforcement de l’égalité entre les hommes et les femmes dans le cadre des situations fragiles. Elle a également mis en garde contre les rôles et les stéréotypes sexospécifiques au sein des forces armées. 

Stella Maranga, spécialiste des questions relatives à la parité hommes-femmes à l’Union africaine, s’est prononcée sur la nécessité de mettre en œuvre les législations existantes en matière de participation des femmes et de sensibiliser à l’inégalité entre les hommes et les femmes dans le domaine de la paix et la sécurité. Elle a souligné le fait que seulement 3,5 % des forces de polices somaliennes sont des femmes, en insistant sur le fait que leur rôle est essentiel au niveau local. Elle a également appelé à des actions de plus grande envergure dans ce domaine.

Sara Formisano, conseillère pour les questions d’égalité entre les hommes et les femmes au CTSAMM (Ceasefire and Transnational Security Arrangements Monitoring Mechanism), qui a examiné l’intégration des femmes dans l’accord de paix du Soudan du Sud de 2013 (comprenant une clause interdisant la violence à caractère sexiste), partage cet avis. Elle a souligné l’importance des ateliers tenus sur ces sujets, des rapports sur les violations à caractère sexiste et des formations soutenus par l’APF, appelant l’audience à regarder au-delà des statistiques officielles. 

Tous les intervenants se sont prononcés en faveur d’analyses plus approfondies, d’un suivi renforcé et de données de meilleure qualité en ce qui concerne la violence à caractère sexiste et l’importance des femmes dans le règlement des conflits en Afrique.

Si vous avez raté la séance, vous pouvez vous mettre à jour grâce au podcast et consulter la galerie de photos.