You are here

Plan d’Action Conjoint de La Valette - Conclusions 2018

Partager

Date de publication: 
15/11/2018

De hauts fonctionnaires provenant d’Europe et d’Afrique se sont réunis à Addis-Abeba, en Éthiopie, les 14 et 15 novembre 2018, pour suivre les progrès réalisés dans les cinq domaines prioritaires du Plan d’Action Conjoint de La Valette (PACV) adopté lors du Sommet sur la migration à Malte en 2015.

La réunion des hauts fonctionnaires a permis à tous les partenaires africains et européens de réaffirmer les principes fondamentaux de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée. Les participants ont exprimé leur engagement à réagir avec détermination et à gérer conjointement les flux migratoires sous tous leurs aspects. La réunion s’est concentrée sur l’état d’avancement du Plan d’Action Conjoint de La Valette, y compris l’analyse et les suggestions sur la voie à suivre.

Les partenaires rassemblés à La Valette ont reconnu la nécessité de renforcer la lutte contre la migration irrégulière par la coopération et la confiance mutuelle, et d’intensifier les efforts pour mettre fin à la traite des êtres humains et au trafic illicite de migrants. Les partenaires se sont engagés à approfondir leur coopération et leur dialogue sur la migration et la mobilité entre l’Afrique et l’Europe, en reconnaissant le groupe de travail UA-UE-ONU comme un exemple important. Ils ont également souligné l’importance de promouvoir une approche constructive et à long terme de la migration et de la mobilité, qui peut profiter aux pays d’origine, de transit et de destination.

Les partenaires ont également discuté des Processus de Khartoum et de Rabat qui, en tant que dialogues clés, sont chargés de suivre et de rendre compte de la mise en œuvre et des progrès du plan d’action conjoint de La Valette. En amont de la réunion des hauts fonctionnaires, les processus ont remis leur rapport d’analyse respectif dans lequel ils font le point sur le travail accompli à ce jour.

Pour s’attaquer aux causes profondes de la migration irrégulière, les Processus de Rabat et de Khartoum appellent à redoubler d’efforts pour créer des opportunités économiques, des emplois décents, un enseignement et une formation professionnels, en particulier pour les jeunes et les femmes, un soutien aux PME et un meilleur accès au financement. Ces deux processus réaffirment l’importance d’investir dans l’agriculture, de réduire les risques de catastrophe et de prévenir les effets négatifs du changement climatique. 

Faits marquants récents :