You are here

"La condition des femmes africaines" : cartographie de l’écart entre les politiques et la réalité

Date de publication: 
12/10/2018

Le 12 octobre 2018, la Fédération internationale pour la planification familiale pour les pays d’Afrique et l’Association chrétienne des jeunes femmes du Kenya ont présenté leurs conclusions sur « La condition des femmes africaines ». 

Ce rapport, publié récemment, fait partie d’un projet financé par l’Union européenne dans le cadre du Programme panafricain. Il examine la situation des engagements continentaux protégeant les droits des femmes et la ratification de ceux-ci au niveau national dans différents pays africains.

En tant que premier rapport continental s’attaquant aux inégalités entre les hommes et les femmes, le rapport fournit une base de connaissances axée sur quatre domaines : les violences sexistes à l’encontre des femmes, les pratiques traditionnelles préjudiciables (en particulier le mariage des enfants et la mutilation génitale féminine), la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation, ainsi que le VIH et le sida.  Grâce à des études de cas approfondies, il donne un aperçu de la manière dont divers acteurs peuvent contribuer au changement. Dans un second temps, les résultats seront utilisés pour sensibiliser l’opinion à ce sujet et serviront à d’autres organisations qui luttent pour faire des droits des femmes une réalité.

Le rapport sur la condition des femmes africaines fait partie du projet triennal de sensibilisation intitulé « Campagne sur la condition des femmes africaines », qui vise à accroître la contribution de la société civile à la promotion de la mise en œuvre des cadres politiques de l’Union africaine. Le cadre juridique africain pour la protection des droits des femmes, y compris le Protocole relatif aux droits des femmes en Afrique et le Plan d’action de Maputo, est largement reconnu comme étant ambitieux. Toutefois, sa mise en œuvre et son suivi présentent des lacunes. Le projet est mis en œuvre par un consortium de huit organisations, dont la Fédération internationale pour le Planning familial pour la région africaine (IPPFAR), le réseau européen de la Fédération internationale pour le Planning familial (IPPFEN), l’Organisation des Premières Dames africaines contre le VIH/SIDA (OAFLA), la Deutsche Stiftung Weltbevölkerung (la Fondation allemande pour la population mondiale, DSW), le KIT Royal Tropical Institute (Institut royal des tropiques), la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (la Société allemande pour la coopération internationale, GIZ), le Faith to Action Network (leRéseau Foi à l’action, F2A) et l’Association chrétienne des jeunes femmes du Kenya (YWCA), et est financé par l’Union européenne au moyen de son Programme panafricain.

L’initiative constitue également une étape importante dans la mise en œuvre de la campagne #àcôtédelle, qui vise à renforcer la contribution de la société civile à la mise en œuvre des engagements africains en matière de droits des femmes et des filles.