You are here

Soutien au partenariat EuroGeoSurveys-Organisation des services géologiques africains (EGS-OAGS)

Contribuer à améliorer la gouvernance et l’utilisation durable des ressources minérales de l’Afrique et de l’infrastructure afférente, en approfondissant les connaissances et compétences du secteur minier africain.

En un coup d’oeil

Budget total: 
€ 12 000 000
Contribution de la Commission européenne: 
€ 10 000 000
Plan d’action anuelle: 
Action Document: 

Les ressources minérales africaines sont fortement sous-exploitées, notamment parce qu’elles sont encore inexplorées ou classées. L’exploration et la cartographie des minéraux font partie des principales responsabilités des services géologiques. Ces informations ont une grande valeur, mais sont extrêmement difficiles à produire et à gérer. La cartographie géologique requiert des individus dûment qualifiés et des outils techniques que plusieurs services géologiques africains ne sont actuellement pas en mesure de se procurer et d’entretenir. La collecte, l’harmonisation et le partage de données cartographiques géologiques sur le continent africain sont des lacunes considérables à combler.

Ce projet est financé par l’Union européenne (UE) dans le cadre du programme d’action annuel 2015 du Programme panafricain au titre de l’instrument de coopération au développement (ICD).

L’objectif général de l’action consiste à améliorer la gouvernance et l’utilisation durable des ressources minérales de l’Afrique et de l’infrastructure afférente. Son objectif spécifique consiste à approfondir les connaissances et compétences du secteur minier africain et plus spécifiquement des services géologiques africains, pour qu’ils soient en mesure d’apporter, dans leur pays respectif, leur expertise et leurs données et ainsi contribuer à une prise de décision éclairée, à une bonne gouvernance ainsi qu’à une utilisation durable des ressources minérales, et au renforcement de la capacité de l’Organisation des services géologiques africains.

Les activités principales seront axées sur trois domaines :

  • La formation inclura la conception d’études de cas, de programmes, de matériel de formation et d’orientations. Les formations seront dispensées si possible en partenariat avec les parties prenantes concernées telles que l’UNESCO et les universités africaines afin de garantir la continuité.
  • Les activités liées à l’infrastructure de données spatiales incluront une formation informatique (interopérabilité, gestion de bases de données, modélisation des données, qualité des données, etc.), l’acquisition de matériel et d’applications informatiques et le développement d’un portail web pour la diffusion publique des connaissances géologiques.
  • Les activités ayant trait au dialogue incluront un soutien technique à l’Organisation des services géologiques africains (OAGS) et des activités de communication et de mise en réseau.