You are here

Mission de la CEDEAO en Gambie (ECOMIG)

Garantir la stabilité du pays pendant la transition démocratique et soutenir les autorités récemment élues.

En un coup d’oeil

Contribution de la Commission européenne: 
€ 7 466 903
Durée: 
07/06/2017 – 20/05/2018

Début 2017, la Gambie a vécu le premier changement démocratique de dirigeant depuis l’indépendance, mettant ainsi fin à 22 années de régime autoritaire sous l’ancien président Yahya Jammeh.

Après des semaines d’impasse politique à la suite des élections présidentielles du 1er décembre 2016, l’investiture du président Adama Barrow a eu lieu le premier jour de son mandat, le 19 janvier, alors qu’il était temporairement en exil à l’ambassade de Gambie au Sénégal. Dans le même temps, le président sortant Jammeh a refusé d’accepter sa défaite électorale. La pression politique nationale et internationale et la menace d’action militaire par une mission (ECOMIG) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont finalement poussé l’ex-président Jammeh à quitter la Gambie, ouvrant la voie au retour du président Barrow le 26 janvier 2017. Le mandat de l’ECOMIG a été renouvelé par les chefs d’État de la CEDEAO le 29 janvier 2017.

L’ECOMIG est composée de 500 militaires venant du Sénégal (250), du Nigeria (200) et du Ghana (50). Parmi ceux-ci, 150 sont gendarmes.

Créée en janvier 2017, l’ECOMIG a bénéficié d’un financement de l’Union européenne (UE) (2,3 millions d’euros) au titre du mécanisme de réaction rapide jusqu’au 20 mai 2017. À partir du 7 juin 2017, l’UE, a financé les opérations de soutien à la paix, à l’aide d’une enveloppe de 7,5 millions d’euros. Le contrat actuel prendra fin le 20 mai 2018 ; après cette date, la CEDEAO peut demander une prolongation.

  • Le principal objectif du soutien de l’UE est de garantir la stabilité du pays pendant la transition démocratique. 
  • L’ECOMIG assure une protection rapprochée et déploie des patrouilles pour le président et les membres du gouvernement, et à des endroits clés, tels que l’aéroport international et les terminaux des voies navigables. Des patrouilles communes avec les forces armées gambiennes sont également organisées afin d’établir un climat de confiance entre les nouvelles autorités. Enfin et surtout, l’ECOMIG dispense une formation aux forces armées gambiennes afin de les aider à entamer leur transition vers une institution démocratique moderne.

Les forces de l’ECOMIG se chargent diligemment de la sécurité et du déploiement de patrouilles, contribuant ainsi au maintien de la paix et de la stabilité dans le pays. Au total, au 31 décembre 2017, 152 patrouilles avaient été déployées.

Jusqu’à présent, cette action a permis de maintenir une situation stable dans le pays. Aucun trouble politique n’a été signalé. Par conséquent, les autorités gambiennes ont pu entamer un vaste processus de réforme du secteur de la sécurité (RSS), s’attaquant à toutes les branches de l’appareil de sécurité et de justice, avec l’aide des partenaires internationaux.

La formation destinée aux forces armées gambiennes n’a pas encore commencé.