You are here

Groupe de référence sur les infrastructures (GRI) de la stratégie commune UE-Afrique (JAES)

© Holder Zambezi River Authority (ZRA)
© Holder Zambezi River Authority (ZRA)

Le Groupe de référence sur les infrastructures (GRI) dans le cadre de la stratégie commune UE-Afrique (JAES) vise à offrir une orientation stratégique au programme d’infrastructure du partenariat UA-UE dans les domaines spécifiques de l’énergie, du transport, de l’eau et de la numérisation. Le Groupe réunit les Commissions de l’Union européenne et de l’Union africaine, les États membres de l’UA et de l’UE, les institutions financières, les communautés économiques régionales et les institutions sectorielles/thématiques.

À la suite des domaines prioritaires du partenariat Afrique-UE définis lors du 5e Sommet UA-UE, la 6e réunion du Groupe de référence sur les infrastructures (GRI) s’est tenue à Addis-Abeba les 17 et 18 mai 2018. Les participants ont fait le point sur la coopération UA-UE dans les domaines définis par le programme 2018-2020 en matière d’infrastructures entre l’Afrique et l’UE dans tous les secteurs (énergie, eau, transport et numérisation).

Retrouvez ici les conclusions communes de la 6e réunion du GRI

Lors du 5e Sommet UA-UE (Abidjan, novembre 2017), les chefs d’État et de gouvernement de l’UA et de l’UE ont adopté quatre grands domaines stratégiques prioritaires pour le partenariat Afrique-UE, dont la priorité « Mobiliser les investissements pour une transformation structurelle et durable de l’Afrique ». Ces quatre défis clés liés à ce domaine prioritaire ont redéfini la portée du travail du GRI, à savoir :

  • Dynamiser l’Afrique
  • Numériser l’Afrique
  • Interconnecter l’Afrique
  • Accroître les investissements

Des thèmes tels que le changement climatique, l’égalité entre les hommes et les femmes, les jeunes et la création d’emplois sont généralisés dans le cadre d’une approche multisectorielle intégrée.

Le rôle d’un développement des inrastructures durable, sûr et résilient est essentiel pour la création d’emplois. cette avancée offrira aux jeunes des possibilités d’intégration sur le marché du travail, une plus grande mobilité interafricaine et urbaine et un libre accès au progrès technologique dans un monde de plus en plus interconnecté.