Favoriser la diffusion du savoir-faire en matière d'électrification dans toute l'Afrique subsaharienne

Favoriser la diffusion du savoir-faire en matière d'électrification dans toute l'Afrique subsaharienne

L'initiative d'électrification de l'Afrique (IEA) sur trois ans met en place un réseau de connaissances auquel peuvent faire appel les personnes qui conçoivent et mettent en œuvre des systèmes d'électrification dans la région afin d'obtenir des conseils et des orientations. Le réseau proposera des connaissances pratiques et comportera une base de données de professionnels en Afrique subsaharienne (ASS) qui disposent de compétences en matière d'électrification.
 

L'IEA joue un rôle essentiel dans la progression de l'électrification en Afrique subsaharienne (ASS). Moins de 25 pour cent de la population bénéficie actuellement d'un accès à l'électricité, un pourcentage qui baisse encore davantage dans les zones rurales, où moins de 10 pour cent des ménages disposent d'un tel accès. Cette situation s'explique tant par la pauvreté et l'absence de financements que par l'inadaptation des politiques et des programmes d'électrification. Il n'est pas facile de franchir les obstacles économiques, techniques, institutionnels et politiques qui freinent la progression de l'électrification. Même lorsqu'un cadre juridique existe, l'expérience pratique risque de faire cruellement défaut.
 

L'IEA regroupera un ensemble de connaissances pratiques et proposera un réseau de professionnels d'ASS qui maîtrisent tous les aspects des programmes d'électrification reposant sur des systèmes reliés ou autoproducteurs.
 

L'accent est mis sur la diffusion simple et efficace d'informations au public cible constitué de professionnels africains en provenance d'agences et de fonds d'électrification, de ministères gouvernementaux, d'autorités de réglementation et de services d'utilité publique détenus par l'État, la communauté ou le secteur privé.
 

Création de savoir-faire

La phase I de l'IEA a été lancée en juin 2009 à Maputo, au Mozambique, avec un atelier sur les techniques d'électrification au niveau du sol, qui a attiré plus de 170 délégués de 42 pays. Parmi eux, 130 étaient issus de ministères de l'énergie, de services d'utilité publique, d'autorités de réglementation, d'agences d'électrification rurale, de centres de recherche et d'organisations non gouvernementales représentant 32 nations africaines. L'atelier a permis de partager des informations pratiques sur des problèmes de mise en œuvre, de créer un réseau de professionnels de l'électrification, de recenser les domaines sensibles et de définir des activités de suivi et des méthodes de diffusion des connaissances sur le long terme.
 

La phase II consolidera les enseignements tirés de l'atelier grâce à la mise en place d'un site web interactif, qui encouragera le partage d'informations et comportera un recueil de documents opérationnels pratiques. Il proposera aussi des papiers techniques sur des sujets clés.
 

Parmi les partenaires de l'IEA figurent le Programme d'assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP), le Programme d'accès aux énergies renouvelables en Afrique (AFREA), la Facilité de dialogue et de partenariat de l'initiative énergie de l'UE (EUEI), le Forum des ministres africains de l'énergie (FEMA), l'Agence allemande de coopération technique (GTZ), le programme "Energising Development" (EnDev), financé par le ministère néerlandais des affaires étrangères (DGIS) et le ministère allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), et la Banque mondiale.