Premier Forum Intercontinental de la Société Civile Afrique-UE - Communiqué

Premier Forum Intercontinental de la Société Civile Afrique-UE - Communiqué

Mercredi, 10 Novembre, 2010

Les organismes africains et européens de société civile, structurés autour du conseil culturel et social économique africain (ECOSOCC) de l'union africaine (UA), d'une part, et du comité de pilotage européen de société civile sur la stratégie conjointe UE-Afrique, d'autre part, se sont réunis pour évaluer les progrès accomplis dans le cadre de cette stratégie, et le rôle de la société civile dans son exécution.

Les représentants de société civile se félicitent du changement dans le modèle qui caractérise les relations entre l'Europe et l'Afrique, ainsi que les a présentées la stratégie conjointe UE-Afrique, en particulier en ce qui concerne l'importance de l'approche de la stratégie, fondée sur les personnes. Les organismes de société civile considèrent qu'ils jouent un rôle essentiel en apportant une valeur ajoutée aux personnes, puisque ce sont elles, qui sont au cœur même de cette stratégie. C'est sur ces bases que s'est tenu le premier forum intercontinental de la société civile UE-Afrique sur la stratégie conjointe, organisé au Caire entre les 8 et 10 novembre derniers, dans le but de renforcer et de promouvoir le rôle de la structure de société civile dans son suivi de la mise en œuvre de la stratégie.

Le comité pilote de la société civile félicite les institutions africaines et européennes des progrès accomplis dans l'exécution de la stratégie conjointe UE-Afrique mais n'en exprime pas moins ses inquiétudes quant à la lenteur de l'accomplissement du 1ęr programme d'action. Tout en reconnaissant que la première phase s'est concentrée sur la mise en place des divers mécanismes et processus, la société civile espère que les programmes seront portés à terme plus rapidement au lendemain du 3e sommet de l'Union Africaine et de l'Union européenne.

Acceptant de bon gré l'exhortation du 12e Communiqué conjoint de la troïka ministérielle, la société civile invite les partenaires officiels à s'assurer que ce travail est avalisé par l'application de mesures et d'incitations concrètes visant à accorder davantage de place à la participation accrue de la société civile dans tous les processus de la stratégie conjointe UE-UA.

Sur les deux continents, la société civile considère le partenariat comme étant un instrument de changement ; c'est pourquoi elle s'est engagée à organiser un dialogue permanent reposant sur la confiance mutuelle, la maîtrise de son développement, la bonne volonté et la solidarité, ce qui implique des échanges réguliers, notamment, une fois par an, en organisant un forum intercontinental de la société civile et un comité de pilotage commun permanent. Il est également demandé qu'un financement durable approprié soit octroyé et garanti pour soutenir ce processus. 

À l'occasion du forum intercontinental de la société civile conjointe, l'ébauche du deuxième programme d'action a été discutée et un certain nombre d'exhortations concernant la plupart des partenaires ont été faites, comme il a été mentionné dans la déclaration et le rapport définitif de la réunion, qui seront mis à la disposition des structures institutionnelles.

La déclaration exhorte à faire progresser et à accélérer l'accomplissement de la stratégie, en réponse aux besoins de développement des personnes, y compris en ce qui concerne la Diaspora, la création d'emplois, la valeur ajoutée dans le secteur de la production industrielle, minérale et de matières premières agricoles, en ce qui concerne la technologie, l'énergie accessible à tous, les infrastructures rurales, le commerce équitable, les droits des migrants, les procédures de délivrance de visas, justes, rapides et réciproques, les droits et l'émancipation des femmes, l'implication des jeunes, la dette climatique, le travail dans la dignité, la participation civile dans la prévention des conflits et leur résolution, la poursuite des progrès accomplis en vue de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), en particulier dans des secteurs tels que la santé, l'éducation, la réduction de la mortalité maternelle et de la mortalité infantile, l'eau et l'hygiène. La société civile dénonce également la xénophobie, l'extrémisme, le terrorisme et la violence sous toutes ses formes.