Les Migrations: Un enjeu social selon le FSM Dakar 2011

Les Migrations: Un enjeu social selon le FSM Dakar 2011

Jeudi, 10 Mars, 2011

Lors du Forum Social Mondial (FSM) 2011 de Dakar, les migrations ont fait l’objet de riches débats/discussions. Bien qu’elles constituent l’un des principaux piliers de la Stratégie conjointe Afrique-UE, elles restent l’un des plus importants soucis pour les citoyens d’un Monde globalisé.

Le FSM n’est pas simplement évènementiel mais aussi un cadre où les peuples en mouvement, les organisations activistes, les ONGs et les Elus locaux ont convergé ensemble. En conséquence, ce forum a été un outil pour apprendre des autres et partager les expériences, avec environ 50 000  personnes, venues de 123 pays du monde, réunis à Dakar la capitale sénégalaise, sur les défis de l’heure. L’une des raisons de la popularité du FSM de 2011 est le fait d’avoir mis l’accent sur les migrations et les diasporas en tant que problématique structurelle de la mondialisation. De par ses thématiques intéressantes, le FSM a permis de soulever des problématiques récurrentes sur les migrations, la mobilité et les travailleurs migrants, et ceci à travers un échange d’idées et de propositions de solutions autour d’activités diverses. En effet, les organisations1 les plus présentes dans le débat sur les questions liées aux migrations ont organisé, participé et animé ces activités. C’est ainsi qu’une série d’ateliers, de conférences, de panels, de projections de film, d’activités artistiques et culturelles ont permis de couvrir des questions inhérentes aux migrations, notamment : les droits humains, conditions de vie des migrants, droit des travailleurs, droits des enfants, trafic des êtres humains, etc.

Des Droits Humains aux Droits des Migrants

Dans un contexte de mondialisation, il est impératif de s’intéresser au respect des droits de l'homme et au droit d'accès à la justice. En effet, la question des migrations a été abordée sous l’angle de la situation actuelle des migrants en mettant l’accent sur leurs droits. La plus importante rencontre, durant cette période et sur le sujet, s’est tenu à l’île de Gorée (Sénégal), elle a fait référence à la contribution économique, sociale et culturelle des peuples migrants et des diasporas dans les grands changements de ce monde. Au terme d’un processus qui a commencé depuis 2006 en France et de cette importante assemblée à Gorée, un document appelé « Charte mondiale des migrants » a vu le jour. Ce document est une proposition de charte revendicative sur la situation des migrants. L’idée d’élaboration de cette charte part du constat que bien qu’il existe beaucoup de conventions et de déclarations sur la question des migrations, celles-ci sont toutes faites par des Etats. De la sorte, ils ne prennent pas en charge les avis des migrants sur la question de la migration et sur les droits à respecter par les Etats. Pendant le Forum des Elus locaux, la mise en place d’un réseau des collectivités locales a par ailleurs été discuté, qui devrait promouvoir l’initiative « territoire ouvert aux migrants », ainsi que l’application de la Convention sur les droits des travailleurs migrants.

De la Vulnérabilité à la Traite des personnes

Le débat sur la défense des droits de l’homme n’a pas occulté la problématique des droits des enfants. En effet, la question de l’accueil d’enfants migrants a été soulevée lors d’une discussion autour du thème « Migrants : pour un accueil digne ! ». Ce débat a été l’occasion d’introduire le problème des conditions de vie difficiles des enfants « mineurs » migrants, souvent âgés entre 9 et 18 ans. Ceux-ci, à la quête de ressources pour faire vivre leurs familles tombent souvent dans le piège des adultes qui les amènent dans d’autres pays et les soumettent à l’esclavage sexuel. Un réseau d’organisations africaines développe une coopération au sein de l’espace CEDEAO pour aider ces enfants à rentrer dans leur pays respectifs pour rejoindre leurs parents.

Du Changement climatique au Migrations forcées

Des pays comme le Niger et la Zambie enregistrent des taux élevés d’émigration ; la cause étant le défaut d’approvisionnement en eau, la sécheresse, les inondations, etc. En effet, un atelier sur la migration comme conséquence du changement climatique a permis aux organisations de revenir sur ce phénomène dans leur pays et proposer des solutions. L’émigration de ces personnes les expose très souvent au risque d’être victime de trafic, en l’occurrence, esclavage ou prostitution des femmes.

De l’immigration à l’accès à une condition de vie décente

Le débat a été riche sur les défis liés à l’établissement et l'intégration des peuples africains en Europe. En effet, un atelier sur la non-circulation des personnes a permis de façon ludique de retracer le parcours du migrant ; ceci a servi à attirer l’attention sur les difficultés que peuvent rencontrer les immigrés : chômage, faim, maladie et souvent déportation abusive d’un pays à un autre. En outre, la migration irrégulière est un problème majeur le long des côtes africaines ; beaucoup de jeunes gens espérant une vie meilleure prennent des pirogues pour atterrir sur les côtes européennes. Par ailleurs, d’autres questions comme la contention des flux migratoires et les entraves à l'accès au territoire européen, les expulsions, le travail décent et la législation du travail, la situation des réfugiés/migrant(e)s en Europe, l’éducation financière pour optimiser l'entreprenariat des migrant(e)s, les cultures, la tradition et leurs liens avec les migrations, la coopération syndicale Nord-Sud pour accompagner/organiser les travailleurs migrants ont été soulevées.

Des Diasporas au Développement local

La question des diasporas a été abordée sous l’angle des envois de fonds par les migrants ainsi que l’utilisation des connaissances/ressources/expériences de la diaspora africaine et leur contribution au développement local des pays d'origine . Par ailleurs, le partage d’expériences de la diaspora africaine doit permettre à ceux qui envisagent de migrer d’avoir une image réaliste de ce à quoi s'attendre à l'arrivée et d’être conscients des défis importants dont ils devront faire face et les conséquences de laisser derrière eux les membres de leur famille.

Ce 11e FSM Dakar 2011, grâce à une série d’activités structurées et non structurées, a amené de riches contributions au débat sur les migrations dans le contexte d’un monde globalisé. L’accent a été mis sur une prise en charge assez large et mieux adaptée de la question non seulement par l’ensemble des parties prenantes, sans exception, mais aussi et surtout sous tous ses aspects, notamment ceux relatifs aux Droits humains. En effet, sous les thématiques Droits des migrants/travailleurs migrants, migrations forcées, migrations des enfants mineurs, immigration, émigration, libre circulation, citoyenneté universelle, etc., le Forum Social Mondial de Dakar, a permis de tenir en marge le Forum Social Mondial sur les Migrations (FSMM), le Forum de Dakar et l’Assemblée des Migrants à Gorée où la Charte Mondiale des Migrants a été signée le 11 février 2011. Dans tout son dynamisme, le FSM a comptabilisé des recommandations ainsi qu’un plan d’actions qui ne laissera pas indifférent les décideurs politiques, aussi bien nationaux, sous-régionaux, régionaux et internationaux ainsi que d’autres OSCs. En sortant de ce forum, les organisations participantes, autour de l’assemblée des assemblées, sont partis sur de nouveaux engagements et ont réactualisé leur agenda sur les migrations. Parmi les éléments de cet agenda :  

  • Mobilisation contre le G8- Mai, Deauville, France
  • Mobilisation contre le G20- Octobre, Cannes, France
  • Mobilisation lors de la Conférence euro-africaine Novembre 2011-Dakar (Des Ponts Pas des Murs)
  • Préparation de la Journée internationale des droits des migrants : 18 décembre 2011
  • Journée d’action globale, le 18 décembre 2011 contre le racisme et pour les droits, l’égalité et la dignité des immigrées, des réfugiées et des déplacées (Arci)
  • Rencontre sur le passeport universel : 2012
  • Convergences à l’occasion du sommet de la terre Rio+20 en 2012, afin que les migrants prennent toute leur place au moment où se discute des enjeux pour le futur de notre planète terre. (Des Ponts pas des Murs)
  • FSMM, Corée du Sud, 2012

Certains dirigeants semblent bien comprendre l'énorme défi. En fait, les délégations des pays et des autres collectivités a été impressionné par le Forum Social Mondial 2011 à Dakar et a promis de poursuivre leurs efforts pour la transmission des demandes de la population et de leurs mouvements aux débats et aux processus décisionnels dans leurs organes respectifs.
Le prochain grand rendez-vous du « Forum Social Mondial » sera fixé bientôt et les questions liées aux migrations sont encore à suivre avec attention !

1 Emmaüs International, La CIMADE, ATTAC, Réseau des ponts pas des murs, La Charte mondiale des migrants, Secours Catholique, Arci, CGIL, Migreurop, Nalacc, Pateras de la Vida, i(dh)eas, Litigio Estratégico en Derechos Humanos, Boston May Day Committe, Federacion Estatal de asociaciones de inmigrantes y refugiados en España, SOLETERRE ONLUS, Prevención, Capacitación y Defensa del Migrante, PRECADEM, A. C., Mujeres Abriendo Caminos, Programa de Migraciones PCS CAMEX, Asociación de Familiares de Migrantes "Rumiñahui", Centro de Derechos Humanos del Migrante en Ciudad Juárez, Centro Feminista de Información y Acción, Foro Nacional para las Migraciones Honduras, UFCW, PCSConsejeria en Proyectos, Association AFVMC-Aide aux Familles et Victimes des Migrations Clandestines, Centro de Planificación y Estudios Sociales (CEPLAES), Association Beni Znassen pour la Culture, le Développement et la Solidarité (ABCDS), Association Senegalesa-Mallorquina, MIGRALAB, Arte y migraciones.