Appel à la Cohésion sociale et à la Croissance inclusive par la Promotion de l'Emploi, 8ième Session Ordinaire de la Commission du Travail et des Affaires Sociales de l'UA

Appel à la Cohésion sociale et à la Croissance inclusive par la Promotion de l'Emploi, 8ième Session Ordinaire de la Commission du Travail et des Affaires Sociales de l'UA

Mardi, 03 Mai, 2011

La 8ème session ordinaire de la Commission du Travail et des Affaires Sociales de l’Union Africaine  (CTAS) s’est tenue à Yaoundé, au Cameroun, du 11 au 15 avril, 2011 sous le thème: « Promotion de l'emploi pour la cohésion sociale et la croissance partagée ». Organisée par le département des Affaires sociales de la Commission de l'Union africaine (CUA), en collaboration avec le Gouvernement du Cameroun, cette 8ème session a été une opportunité d’examiner les progrès accomplis dans les questions du travail et de l’emploi, entre autres. Institutionnellement, la CTAS est convoquée tous les deux ans. La dernière en date était la 7ème session qui s’était tenue à Addis-Abeba, Ethiopie, du 28 Septembre au 02 Octobre 2009 sous le thème: « Amélioration du secteur informel : Solution à la pauvreté, Impact de la crise mondiale sur l’emploi et le marché du travail en Afrique ».

Les sessions de la CTAS sont organisées sur la base d’un principe tripartite, offrant un forum politique pour les autorités gouvernementales et les représentants des travailleurs et des organisations d’employeurs. Cette 8e session a vu la participation  de ministres du Travail / Emploi et experts / représentants des États membres de l’UA, d’organisations des partenaires sociaux, de représentants des Communautés Economiques Régionales (CER), de représentants des États non membres de l’UA accrédités auprès de l'UA, des Nations Unies et d’autres organisations internationales, d’ONG nationales et régionales, des organisations régionales de l’emploi, de la société civile et d’ organisations professionnelles du travail/emploi, et des organes de l’UA. En outre, ces sessions donnent l'occasion de tenir des événements et des expositions parallèles pendant lesquels sont présentées les réalisations des Etats membres, des partenaires sociaux, de la Commission de l’UA, des CER, des ONG et des partenaires sociaux, dans des domaines spécifiques du travail et de l’emploi liés au thème de la Conférence.

Cette 8ème conférence ministérielle de la CTAS a permis aux ministres et partenaires sociaux de partager leurs expériences et apprendre les uns des autres sur les programmes et activités en cours sur le travail et l'emploi en Afrique, ainsi que sur ​​les meilleures pratiques en matière de dialogue social. Il a également donné l'occasion d'examiner les progrès accomplis sur les questions du travail et de l’emploi, en particulier celles contenues dans le Rapport de la 3e Biennale sur le suivi de la mise en œuvre de la Déclaration et du Plan d'action de Ouagadougou. Cette 8ème session s’est tenue dans un contexte où, la situation de l’emploi en Afrique s’est aggravée sous l’effet de la crise financière et économique qui a impacté à la fois sur les taux et les profils de croissance dans les États membres, mais aussi, sur lestypes d’emploi vulnérable qui se sont répandus à travers le continent, affectant les jeunes, les femmes, l’économie informelle et, plus sévèrement, les travailleurs ruraux pauvres.

Dans son allocution d'ouverture, la Commissaire de l’UA pour les Affaires sociales, Bience Gawanas a dès lors souligné la nécessité de résorber la question du chômage des jeunes et des femmes, le décalage entre le système éducatif et les besoins du marché du travail en particulier, ainsi que le sort des travailleurs de l’économie informelle.
Auparavant,

Le Directeur des Affaires sociales de l’UA, S.E. Olawale Maiyegun a déclaré à l’ouverture de la réunion d'experts que, bien que l'Afrique ait maintenu en dépit de la crise économique et financière mondiale un taux de croissance moyen de 5,5% au cours de la dernière décennie, cela ne s’est pas correctement traduit en création significative d’emplois de qualité et en réduction de la pauvreté. Selon lui, le continent est confronté à un sévère défi de l’emploi.  Furent évoquées les questions liées à la mise en œuvre des résultats de la 3e Conférence conjointe UA - UE des ministres des Finances, d’Economie et de Planification du développement (Lilongwe, au Malawi, en Mars 2010) sous le thème « Promouvoir une croissance forte et durable pour réduire le chômage en Afrique », ainsi que la coordination et l'harmonisation du système d'information du marché du travail, le défi du financement des politiques de l’emploi sur le continent, et les activités du Groupe africain au sein du Conseil d’administration de l’OIT. Le directeur des Affaires sociales de l’UA a saisi cette occasion pour faire un rappel du Partenariat stratégique Afrique-UE et de son deuxième Plan d’action pour la période 2011-2013, et partagé le constat que le manque de véritable engagement des parties prenantes clés a posé une limite à la mise en œuvre du premier Plan d’action (2008-2010). Poursuivant dans ce même sens, il a affirmé que «par conséquent, la CTAS, organe tripartite, serait la structure appropriée pour être informée dès lors qu’il implique les principales parties prenantes qui s’inviteront dans une mouvance d’application plus complète et dynamique des initiatives stratégiques liés à l'emploi et contenues dans le Plan d'action ».

La session était organisée en trois tables rondes - une ministérielle et deux panel d’experts. Le panel ministériel a examiné la question de la « Promotion de l’emploi des jeunes pour une cohésion sociale et une croissance inclusive ». Les ministres y ont échangé leurs idées sur le Plan de protection sociale pour l’économie informelle et les travailleurs ruraux (SPIREWORK), et l’emploi dans les pays post-conflit, en particulier parmi les jeunes.  Dans les deux groupes d'experts, les discussions ont porté sur (1) « Le financement des politiques de l'emploi en Afrique: défis et perspectives » et (2) « Protection sociale pour l'économie informelle et les travailleurs ruraux ». Les sessions d’experts ont examiné les progrès réalisés dans les questions liées au travail et à l’emploi, en particulier les questions soulevées par  le rapport de la 3e Biennale sur le suivi de la mise en œuvre de la Déclaration et du Plan d'action de Ouagadougou et le document stratégique sur la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du Plan d’action.

La Déclaration de Yaoundé adoptée lors de cette 8ème session de la CTAS de l’UA invite la Commission à présenter une déclaration spécifique sur l’emploi des jeunes qui devra être déposée à la 17ème Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l’UA lors de leur sommet sur l'accélération de l'automatisation et l'émancipation de la jeunesse pour le développement, qui se tiendra à Malabo, en Guinée Equatoriale du 30 juin au 1er juillet  2011. Cette déclaration devra encourager tous les Etats membres et les sous communautés économiques régionales à promouvoir l’emploi des jeunes.
Par ailleurs, les ministres du Travail et des Affaires sociales, les employeurs et les syndicalistes de l’UA ont pris la décision de réduire le chômage des jeunes et des femmes d’au moins deux pour cent chaque année dans un délai de cinq ans, et ont appelé tous les États membres à harmoniser les systèmes d’information sur le marché du travail en soutenant l’élaboration, la mise en place et l’évaluation des politiques d'emploi. Enfin, tous les pays membres de la CTAS de l’UA seront appelés à mettre en place un instrument juridique sur la protection sociale pour les personnes travaillant dans le secteur informel de l’économie et ceux qui travaillent dans les zones rurales et les membres de leurs familles.