12e sommet de l'Union africaine: développement des infrastructures

12e sommet de l'Union africaine: développement des infrastructures

Mardi, 10 Mars, 2009

Addis Abeba (Éthiopie), 1-4 février 2009 ? Les chefs d'État de l'Union africaine et d'autres dirigeants internationaux, réunis à l'occasion du sommet, ont entendu des discours et participé à des débats sur le thème principal du développement des infrastructures en Afrique, un accent particulier étant mis sur le transport, l'énergie et l'investissement.

Discours principal du commissaire européen Tajani M. Tajani a évoqué les points suivants:

  • le secteur des transports est un moteur pour l'intégration et le développement durable de l'Afrique;
  • la coopération entre l'Union européenne et l'Union africaine doit veiller au développement du réseau routier, en vue de créer des réseaux transafricains de transport sur le modèle des réseaux transeuropéens;
  • un système de coordinateurs (analogue à celui de l'UE) pourrait contribuer à coordonner le développement des neuf couloirs de transport transafricains;
  • l'UE et l'UA pourraient travailler ensemble à la création d'd'autoroutes maritimes entre l'Afrique et l'Europe.

Parmi les orateurs de haut niveau figuraient également M. Ibrahim, commissaire de l'UA responsable des infrastructures et de l'énergie, M. Wade, président du Sénégal, M. Ezekwesili, vice-président de la Banque mondiale, et M. Kaberuka, président de la Banque africaine de développement.

Principales conclusions du débat:

  • Peu de progrès ont été enregistrés en ce qui concerne les neuf couloirs de transport transafricains définis par le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD). Les tronçons manquants doivent être achevés rapidement.
  • Le véritable problème n'est pas l'absence de fonds, mais l'absence de coordination adéquate du côté africain, en particulier entre la Commission de l'UA, la Banque africaine de développement et le NEPAD.
  • Le développement des infrastructures sur le continent doit être guidé par les besoins du marchéet s'inspirer de l'exemple du secteur des technologies de l'information et de la communication.
  • La crise économique actuelle aura des incidences notables sur les programmes d'infrastructures en Afrique. Il serait donc souhaitable de rechercher des systèmes de financement novateurs.
  • Compte tenu de la crise, il est important que les partenaires de l'UA respectent leurs engagements.
  • Il faut s'attacher à remédier aux lacunes des structures existantes, telles que le manque d'entretien, de structures de gestion et d'analyses coûts-bénéfices.
  • La priorité doit être accordée aux projets suivants:
  • tronçons manquants des couloirs de transport africains
  • projets régionaux et continentaux de centrales hydroélectriques
  • mesures destinées à favoriser l'investissement privé
  • promotion de mécanismes de financement novateurs.

Appui à la mise en oeuvre mentionné dans la déclaration du sommet:

  • Le principal instrument sera le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PDIA). Les partenaires internationaux de l'UA sont vivement invités à soutenir sa mise en ?uvre.
  • Les partenariats en matière d'infrastructures et d'énergie de la stratégie commune Afrique-UE ont également un rôle à jouer.

Journée des infrastructures - 28 janvier 2009 Au cours de cette journée organisée par la Commission de l'UA et qui a rassemblé de nombreux participants, les représentants de la Commission européenne ont:

  • présenté les partenariats en matière d'infrastructures et d'énergie de la stratégie commune, de même que le Fonds fiduciaire et d'autres instruments financiers
  • fourni des informations plus détaillées sur la coopération actuelle et future dans le domaine des infrastructures, et présenté les réseaux transeuropéens (RTE).

 

Liens: