3ème déjeuner colloque Afrique-UE: l'Intégration Continentale

3ème déjeuner colloque Afrique-UE: l'Intégration Continentale

Jeudi, 12 Décembre, 2013

Le troisième déjeuner colloque sur l'avenir des relations UE-Afrique organisé par la Commission européenne/DG EuropeAid a mis en évidence les défis et les opportunités liés à l'intégration régionale et continentale, à la fois en Afrique et en Europe . Pour l'Union africaine et l'Union européenne, les processus d'intégration sont d'intérêt mutuel et représentent un élément essentiel de leurs relations. Le séminaire a réuni 75 participants des ambassades africaines, les États membres de l'UE, les organisations internationales, les instituts de recherche, la société civile et le secteur privé. Françoise Moreau, chef de l'unité panafricaine de la Commission européenne, a ouvert ce 3ème séminaire.

Pascal Lamy , président d'honneur de Notre Europe et ancien directeur général de l'OMC et le Dr Obadiah Mailafia , Chef de Cabinet du Secrétaire général des ACP, a donné le ton avec leurs déclarations ouvertes qui ont déclenché un échange riche et stimulant de vues. S.E. Brave Ndisale, ambassadeur du Malawi à l'UE et le Dr San Bilal, chef du département de la gouvernance économique à l'ECDPM ont soulevé des questions essentielles et critiques à prendre en compte, à la fois par l'Afrique et l'UE, dans la poursuite d'un partenariat gagnant-gagnant.

Le riche débat et des échanges animés présentées plusieurs messages clés, notamment:

 Prenez un nouveau regard sur les réalités changeantes: le partenariat Afrique - UE doit s'adapter aux changements politiques, économiques et sociaux qui se déroulent sur ​​les deux continents et dans les power- constellations internationales.
• Changez les termes de la relation: Il y avait des appels sans équivoque pour l'UE de revoir les priorités Afrique dans l'investissement de l'UE , le commerce et l'agenda de la politique étrangère et pour l'Afrique à regarder l'Europe comme son plus proche partenaire commercial plutôt qu'un prestataire de l'aide. Les pays africains devraient commencer financer une partie de leur processus d'intégration régionale eux-mêmes.
• Faible commerce intra-africain devrait être renforcée: les chaînes de valeur régionales nécessitant un haut niveau de spécialisation offrent des possibilités importantes pour l'Afrique . L'UE - avec ses succès et ses échecs - Offres de savoir- faire et des capacités qui peuvent enrichir les décisions africains à cet égard . La volonté politique de faire avancer l'agenda de l'intégration régionale , de renforcer les institutions régionales , mobiliser des investissements pour le développement de l'infrastructure nationale et régionale et le renforcement des capacités sera nécessaire pour assurer le succès;
• « Briser la glace » en traitant avec les APE : Les négociations des APE ont mis une pression sur la relation UE-Afrique et une solution politique est nécessaire . Les solutions techniques existent, mais un engagement à un haut niveau politique est nécessaire pour faire avancer les négociations. Le débat sur ​​les APE devraient être inclus dans le cadre de la stratégie commune . Une fois que les APE sont conclus , l'Afrique et l'UE pourraient se tourner vers d'adressage convergence des règles, des normes et des normes qui vont au-delà de l'Accord de Cotonou;
• Les leçons que l'Afrique peut apprendre de l'Europe: l'intégration africaine nécessite une appropriation effective . En attendant, il est important d'examiner l'expérience de l' UE et comment il peut être utile pour l'Afrique , en particulier pour aider l'Afrique à transformer la croissance économique en bien-être. Outre l'intégration régionale , la correction des déséquilibres régionaux est important, c'est à dire par le biais des politiques régionales spécifiques et des outils qui favorisent la convergence des régions moins développées . Ces outils ne sont pas encore bien connus dans les milieux de la coopération au développement mais sont très importants pour lutter contre les inégalités , promouvoir le développement économique local, la création d'emplois et l'innovation;
• Mettre l'accent sur la région plutôt que l'intégration continentale en Afrique: que celui-ci aura pas bientôt une réalité approches régionales à l'intégration sociale et économique devrait être une priorité;
• Néanmoins institutions panafricaines sont indispensables: Un domaine important dans lequel ils peuvent contribuer est le développement de la statistique et des normes, qui sont d'une importance capitale pour le commerce. Voici l'UE peut jouer un rôle important;
• Renforcer la coopération UE-Afrique sur les cadres réglementaires: Les participants ont appelé à l'amélioration du renforcement des capacités dans le domaine de cadres réglementaires, de règles et de normes, contrôle de qualité et les mesures SPS pour s'assurer que les exportations africaines peuvent accéder aux marchés mondiaux;
• Passer de «l'aide pour le commerce » à « l'investissement pour le commerce»: la facilitation des échanges est important de réduire les coûts pour les pays africains. Pendant ce temps , plus d'attention est nécessaire pour renforcer les capacités de l'offre (compétences , l'innovation, l'accès au financement, l'entrepreneuriat, le développement territorial).

 

Pour plus d'informations, veuillez clicker sur les liens ci-dessous:

Galerie de photos

Video